Home / France / Avignon : un flic mortellement abattu par un dealer de rue

Avignon : un flic mortellement abattu par un dealer de rue

Captain Harlock
Démocratie Participative
06 mai 2021

Tony Montana, le héros absolu des bicots

Une belle tranche de viande halal, cadeau de la République à ses enfants en ce mois sacré du Ramadan.

BFMTV :

Un policier a été tué par balles à Avignon ce mercredi, lors d’une opération de lutte contre les stupéfiants. L’auteur des coups de feu a pris la fuite et est activement recherché.

Un policier a été tué de plusieurs coups de feu par un individu qui a pris la fuite, mercredi en fin d’après-midi à Avignon, dans le Vaucluse, lors d’une opération de lutte contre les stupéfiants. Une opération est en cours pour tenter de retrouver l’individu en fuite. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu sur place en fin de soirée, aux côtés du directeur de la police nationale, pour saluer un policier « mort en héros dans la lutte contre les stupéfiants ».

L’héroïsme républicain semble de plus en plus signifier de se faire assassiner par des arabes.

Les faits ont eu lieu mercredi vers 18h30, lors d’une opération anti-drogue qui a mal tourné. Trois équipes de police sont envoyées dans le centre-ville d’Avignon, après avoir été appelées par des riverains leur signalant la présence d’un attroupement près d’un point de deal connu. L’une de ces équipes revient d’une opération judiciaire à Carpentras.

En arrivant sur place, cette équipe remarque une transaction liée à la drogue et décide de procéder à un contrôle d’identité et à d’éventuelles interpellations dans le secteur de la rue des Teinturiers.

Mais lors de ce contrôle policier, l’un des hommes exhibe une arme de poing, tire sur deux policiers et touche l’un d’eux à deux reprises: à l’abdomen et au niveau de la poitrine. Malgré les premiers soins qui lui sont prodigués par le Samu, la victime succombe à ses blessures. Les collègues de la victime font ensuite usage de leur arme à feu pour riposter, mais le meurtrier parvient à prendre la fuite sur une trottinette.

Quand les faits se sont produits, le fonctionnaire de police était en tenue civile avec un brassard de police visible, a-t-on appris de sources concordantes. Âgé de 36 ans, ce policier se prénommait Éric. Selon nos informations, il était pacsé et père de deux enfants: deux fillettes de 5 et 7 ans. Il était issu d' »une famille de policiers », précise sur BFMTV David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale.

Peu avant 21 heures sur BFMTV, la porte-parole du ministère de l’Intérieur Camille Chaize a indiqué que l’opération de police lancée pour retrouver le meurtrier était toujours en cours à Avignon. Plusieurs centaines de policiers étaient mobilisés ce mercredi soir.

Afin d’identifier l’auteur des faits, les enquêteurs vont désormais étudier les images des caméras de vidéosurveillance des alentours, procéder à des enquêtes de voisinage pour récolter d’éventuels témoignages, se rapprocher des services de renseignement territorial pour savoir qui fréquente habituellement ce point de deal. Ils prévoient également de ratisser les alentours de la scène de crime à la recherche d’éventuels indices. Le parquet d’Avignon a ouvert une enquête, et la police judiciaire est saisie des faits.

Avignon, jadis cité des Papes, est aujourd’hui une ville totalement arabisée. Il y a des maghrébins partout.

Il n’y a donc aucun suspens quant à l’identité de l’assassin qui sera rapidement attrapé. Sauf s’il décide de résister et qu’il se fasse abattre par les flics.

Moussa s’est comme d’habitude rendu sur place pour dire que c’est mal. Les bougnoules sont sûrement très impressionnés.

Quand on sait comment fonctionne les tribunaux de la Cinquième Putain et avec quelle générosité le ministère de l’Intérieur délivre permis de séjour et naturalisations, je me demande ce qui peut pousser quelqu’un de rationnel à risquer sa vie pour choper deux ou trois dealers algériens, quitte à laisser ses gosses grandir seuls. Surtout pour un salaire merdique comme la Gueuse en a le secret.

Aujourd’hui la police n’est plus qu’un obstacle. Elle est trop faible pour juguler une criminalité massive qui n’est que la conséquence du Grand Remplacement, mais elle est encore assez forte pour empêcher les populations blanches de se défendre contre l’envahisseur.

Je défends pour ma part la constitution de milices populaires chargées de faire régner l’ordre dans les territoires de peuplement aryen. La république française avec ses juges rouges est aujourd’hui la plus grande facilitatrice du crime en France. S’en débarrasser, c’est retrouver la paix et la sécurité.

Commentez l’article sur EELB.su