Home / Guerre raciale / Islamophobie dans le Paris-Normandie : Chekou crache à la face d’une voyageuse qui refusait de se laisser chauffer ; maudit « la liberté des femmes » en France

Islamophobie dans le Paris-Normandie : Chekou crache à la face d’une voyageuse qui refusait de se laisser chauffer ; maudit « la liberté des femmes » en France

Leutnant
Démocratie Participative
07 mai 2021

L’islamophobie viole.

Actu.fr :

Pas un mot. Pas même un hochement de tête. Mutique, Checkou, 37 ans a comparu ce jeudi 6 mai 2021 devant le tribunal correctionnel de Versailles. Deux jours plus tôt, il avait agressé une voyageuse dans le train reliant Paris à la Normandie. Il avait été interpellé à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Ce mardi 4 mai, l’homme s’est dirigé vers une femme tranquillement installée à sa place. Il était aux alentours de 20 heures. Il a demandé à parler avec elle. Elle a refusé. Il s’est montré si insistant que d’autres voyageurs ont décidé d’intervenir.

Checkou est immédiatement monté dans les tours. Les passagers décideront de l’immobiliser en attendant les forces de l’ordre. L’homme réussira à cracher dans les yeux de la voyageuse. Il tentera de frapper le premier passant à portée de son poing.

Face aux juges, le trentenaire a totalement refusé de parler. Même lorsqu’il s’agissait de confirmer son propre nom de famille. Il s’est contenté de regarder les magistrats d’un œil noir. Ce qui les a obligés à repousser le procès, faute de pouvoir respecter la procédure légale. En comparution immédiate, un prévenu doit a minima dire s’il souhaite un délai ou non pour préparer sa défense.

Face à cette situation, le procureur de la République a demandé son placement en détention provisoire. Pour cela, il s’est appuyé sur son attitude. Son casier judiciaire n’a pas plaidé en sa faveur. Il est noirci de 14 condamnations pour des violences, des délits routiers, des outrages et même une évasion.

Le tribunal a décidé son incarcération, précisant que son procès serait fixé au jeudi 10 juin 2021.

Les faits mais surtout sa personnalité seront étudiés avec précision.

« Il a proféré des mots sexistes envers cette voyageuse. Et même inquiétants, puisqu’il s’est indigné de la liberté que les femmes avaient en France. En fouillant un peu dans sa vie, on a découvert que c’était un homme assez radicalisé qui, pourtant, n’a jamais fait l’objet d’aucun signalement. »

Sans un mot de plus, relisant attentivement son ordre d’écrou avant de le signer, Checkou a quitté la salle d’audience menotté et sous bonne escorte. Direction la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy.

Conclusion : en Islam, les femmes blanches qui refusent d’être des putes sont des putes.

Compliqué tout ça.

Commentez l’article sur EELB.su