Home / Les dernières actualités / Les Blancs d’Amérique commencent à comprendre qu’eux aussi appartiennent à un groupe racial

Les Blancs d’Amérique commencent à comprendre qu’eux aussi appartiennent à un groupe racial

Captain Harlock
Démocratie Participative
31 mai 2021

Cet article du média libéral britannique The Economist mérite d’être lu.

Il analyse la montée en puissance du sentiment collectif blanc aux Etats-Unis à mesure que les Blancs deviennent démographiquement minoritaires tout en subissant la haine raciale systémique des non-Blancs.

The Economist :

Derek Chauvin est né trois ans après George Floyd et a grandi à Cottage Grove, une banlieue des Twin Cities située à 30 km du coin où cet homme a tué l’autre. Cottage Grove est un lieu de maisons pavillonnaires, de jardins privés et d’allées publiques reliées par des pelouses communes. Les maisons y ont de gros pick-up garés devant. Certaines arborent des drapeaux américains surdimensionnés sur leur mât. Ce n’est pas un secteur aisé, mais il est socialement situé à plusieurs échelons au-dessus de Cuney Homes, le complexe d’appartements dans le troisième quartier de Houston où M. Floyd a grandi. Un garçon né à Cottage Grove il y a 30 ans pouvait s’attendre à grandir dans un foyer dont le revenu annuel était de 55 000 dollars (la médiane pour l’Amérique est de 68 000 dollars). Au dernier recensement, 85 % des habitants y étaient blancs.

Cottage Grove, Minneapolis, Minnesota 

L’histoire de la question raciale en Amérique concerne généralement les Afro-Américains et, plus récemment, les Hispaniques et les Asiatiques. Mais elle concerne aussi les Blancs. Les parents de M. Chauvin ont divorcé lorsqu’il était jeune. Il n’a pas obtenu de diplôme d’études secondaires et a travaillé dans un McDonald’s pendant un certain temps. Il a remis sa vie sur les rails en empruntant la voie traditionnelle de la mobilité sociale pour les jeunes Blancs de la classe ouvrière : le service militaire et les forces de police. En 2010, il a épousé Kellie Xiong, une réfugiée hmong, qui venait d’échapper à un mariage abusif. Un an et demi avant le meurtre, elle a été couronnée Mme Minnesota lors d’un concours de beauté. Arrêtez son histoire en 2019 et M. Chauvin, qui avait une médaille de bravoure, un diplôme en application de la loi d’une université d’État et un appartement en Floride, semblait s’être pris en mains.

Comme la plupart des 800 autres agents du département de police de Minneapolis, M. Chauvin se rendait chaque jour au travail depuis la banlieue. Avant 2000, les policiers de la ville étaient obligés de vivre à Minneapolis. Aujourd’hui, comme ailleurs, plus de 90 % d’entre eux vivent en dehors de la ville. Mike Elliott, maire de Brooklyn Center, Minnesota, où Daunte Wright a été tué par un officier blanc en avril, a déclaré qu’aucun de ses policiers ne vivait dans la ville. Cela peut donner à la police l’apparence d’une force d’occupation, qui se déplace depuis des banlieues majoritairement blanches et aisées pour faire respecter l’ordre dans des quartiers pauvres et non blancs, puis s’en va. Cela signifie également que le grand fossé politique américain entre les villes et les banlieues diversifiées, qui votent démocrate, et les banlieues plus blanches et les zones rurales, qui votent républicain, se reflète dans les relations entre la police et les policiers.

À Minneapolis, le chef de la police est nommé par le maire, invariablement démocrate. Mais la capacité du chef à changer la police est limitée par la Police Officers Federation. Le syndicat de la police bénéficie du soutien des républicains de l’assemblée législative de l’État, qui représentent les districts ruraux, blancs et les banlieues extérieures. Au moment de la mort de M. Floyd, le chef du syndicat de la police de Minneapolis, Bob Kroll, vivait à Hugo, juste à côté de Minneapolis. Hugo se trouve dans le comté de Washington, qui, comme Cottage Grove, est à 85 % blanc. M. Kroll a grandi dans une famille de cols bleus syndiqués du centre-ville, mais il a déménagé, un cas de plus de fuite des Blancs. Il est un partisan enthousiaste de Trump, et est même monté sur scène lors d’un des rassemblements de l’ancien président en 2019. « Bonsoir les patriotes », a-t-il commencé, avant d’admonester l’administration Obama pour « l’entrave et l’oppression de la police » et de louer M. Trump pour « laisser les flics faire leur travail ».

Bob Kroll

Lorsqu’il s’agit de leur propre race, les Américains blancs se divisent en deux tribus. Si les Blancs de gauche deviennent plus conscients du racisme, ils réfléchissent aussi davantage à ce que signifie être blanc. Six mois après la mort de M. Floyd, 30 % des Blancs ont répondu à un sondage réalisé par Ipsos qu’ils avaient « personnellement entrepris des actions pour comprendre les problèmes raciaux en Amérique ». Une nouvelle discipline universitaire, les « Critical Whiteness Studies » [Etudes Critiques de la Blanchité], a vu le jour pour examiner la culpabilité et la honte des Blancs, ainsi que leur « déni du pouvoir » (le refus de reconnaître qu’ils sont responsables du maintien de la suprématie blanche). Pourtant, cette façon de parler n’a pas beaucoup de succès au-delà des bastions de la gauche. Plus répandu est le sentiment d’une certaine responsabilité dans le sort des Afro-Américains. Entre 2014 et 2019, la part des Blancs qui pensent que le gouvernement devrait dépenser plus d’argent pour améliorer les conditions des Afro-Américains est passée de 24% à 46%.

La deuxième tribu blanche est différente. Au cours de la dernière décennie, selon les calculs de Bill Frey de la Brookings Institution, un groupe de réflexion, le nombre d’Américains identifiés comme latinos ou hispaniques, asiatiques, afro-américains ou amérindiens (plus ceux qui s’identifient comme appartenant à deux races ou plus) a augmenté de 53 %. Au cours de la même période, la population blanche des États-Unis a augmenté de moins de 1 %.

Lorsqu’il était candidat au Sénat au Texas au milieu des années 60, George H.W. Bush s’est opposé à la loi sur les droits civils de 1964 parce qu’elle « a été adoptée pour protéger 14 % de la population ». Il a ajouté : « Je m’inquiète aussi pour les 86% restants. » Ronald Reagan a adopté la même ligne lorsqu’il était candidat au poste de gouverneur de Californie. Richard Nixon, tout en poussant des politiques qui bénéficiaient aux Afro-Américains, a déclaré que les minorités « sapaient la grandeur américaine », un refrain familier. Le malaise lié à la transformation démographique joue aujourd’hui en politique un rôle similaire à celui de la réaction contre les droits civiques il y a 50 ans.

En 2005, le parti républicain a renié sa « stratégie sudiste » consistant à détourner les Sudistes blancs des démocrates. « Certains républicains ont renoncé à gagner le vote afro-américain, en détournant le regard ou en essayant de profiter politiquement de la polarisation raciale », déclare le président du parti au groupe de pression [antiraciste] NAACP. « Je suis ici aujourd’hui en tant que président républicain pour vous dire que nous avions tort ». Trois ans plus tard, l’Amérique a élu son premier président noir. Michael Tesler, de l’université de Californie à Irvine, note que la victoire de Barack Obama a déclenché un nouvel exode des Blancs loin des démocrates. « Il a fallu l’élection du premier président noir pour que certains Américains blancs comprennent que le parti démocrate est le parti des non-Blancs« , explique-t-il. En 2020, l’avance du parti républicain chez les hommes blancs sans diplôme universitaire était énorme : ils soutenaient M. Trump avec une marge de 40 points.

Ces tendances de vote ne reflètent pas seulement un penchant pour les réductions d’impôts ou une aversion pour l’immigration, les éléments les plus reconnaissables du discours de M. Trump. Ils reflètent également une vision de la race. Selon Ashley Jardina de l’université Duke, 30 à 40 % des Blancs déclarent que leur identité raciale est « très importante ». Ce chiffre est bien inférieur à la proportion de Noirs ou d’Hispaniques américains qui disent la même chose. Mais ce groupe de Blancs conscients de leur race, qui disent aussi avoir « beaucoup » ou « énormément » de points communs avec les autres Blancs, compte environ 75 millions de personnes en âge de voter. Ils sont donc plus nombreux que n’importe quelle minorité.

La solidarité raciale blanche a un passé meurtrier. Récemment, elle a été associée aux défilés aux flambeaux, aux néonazis et au rassemblement Unite the Right à Charlottesville, en Virginie, en 2017. Pourtant, seule une infime partie des Américains blancs partagent des opinions aussi extrêmes. Le sentiment de solidarité entre Blancs décrit par Mme Jardina est plus large. Dans son livre « White Identity Politics », elle affirme que « l’identité blanche » n’est pas une façon polie de dire « aversion envers les autres minorités raciales ou ethniques ». La conscience raciale blanche se manifeste plutôt par des croyances telles que le mal de la discrimination à rebours – les Blancs étant victimes de discrimination en raison de la couleur de leur peau. Ces opinions ne sont pas racistes au sens classique de la supériorité blanche. Ceux qui les défendent rejettent les stéréotypes anti-noirs. Mais ils sont susceptibles de ne pas tenir compte des effets du racisme passé et de croire que les Afro-Américains rattraperaient les Blancs si seulement ils travaillaient davantage. Comme M. Kroll, le patron du syndicat de la police, qui s’est plaint que les démocrates accusent ceux qui ne sont pas d’accord avec eux d’être racistes, ou M. Trump, qui a affirmé être « la personne la moins raciste du monde », beaucoup sont extrêmement sensibles aux accusations de racisme.

À mesure que l’Amérique devient plus multiraciale et que les Blancs perdent le statut de groupe dominant, leur sens de la solidarité raciale peut croître et le tabou de la fierté blanche s’estomper. La récente tentative de création d’un caucus anglo-saxon par des membres républicains de la Chambre des représentants pourrait être un signe avant-coureur. Déjà, de nombreux Blancs des campagnes et des banlieues qui, dans le Minnesota, auraient pu se définir comme des Suédois ou des Allemands aussi bien que des Américains, se définissent comme des Blancs. Ce sont eux, et non les Afro-Américains du Minnesota, qui vivent aujourd’hui dans les endroits où la ségrégation raciale est la plus forte.

Cette deuxième tribu blanche pense davantage comme une minorité que comme une partie du plus grand groupe unique du pays.

L’universalisme – c’est-à-dire l’illusion que le reste de l’humanité est une extension identique à soi-même – est un luxe de population démographiquement majoritaire sur son territoire et politiquement dominante.

Tant que l’Amérique était blanche à 90% ou 85%, la position dominante des Etats-Unis au plan mondial après 1945 alimentait l’idée reçue au sein des classes moyennes blanches que leur culture était la culture de l’humanité. Ou, a minima, que l’humanité adopterait inéluctablement cette culture.

Avec l’inversion démographique, l’universalisme impérialiste est passé de la justification de l’exportation de l’influence blanche en dehors du monde blanc à l’importation de l’influence non-blanche dans le monde blanc.

C’est également vrai pour la France, avec sa religion des droits de l’homme, en tant qu’ancienne grande puissance coloniale.

Entre le 15e et le 21e siècle, l’Europe et les USA ont découvert et unifié le monde. L’Occident a ainsi créé les bases du monde moderne tel que nous le connaissons.

Avec cette modernisation est venu le développement économique de l’Asie au point où le Pacifique a remplacé l’Atlantique comme centre économique et démographique mondial.

Dans le même temps, la part des Blancs dans la démographie mondiale s’est effondrée.

Le système impérial-universaliste occidental est maintenant menacé par le haut avec l’avènement inévitable de la Chine comme première puissance mondiale et par le bas sous l’effet du repeuplement des pays blancs par l’immigration non-blanche de masse, notamment musulmane en Europe.

La Chine autoritaire remet radicalement en cause la prétention de l’Occident démocratique à déterminer les normes politiques, économiques et culturelles pour le reste du monde. L’immigration non-blanche efface physiquement le socle humain sur lequel repose l’Occident démocratique.

Ce reflux général aboutit à une double radicalisation.

D’une part, la radicalisation impériale-universaliste des élites occidentales qui multiplient les croisades démocratiques dans le tiers-monde pour ralentir le déclin de leur influence et qui intensifient la politique d’immigration allogène pour créer un « village mondial » en Occident.

D’autre part, la radicalisation nationaliste-séparatiste « post-impériale » des classes moyennes blanches qui intègrent leur mise en minorité et adoptent une politique raciale défensive de sortie du système impérial-universaliste.

C’est l’actuel clivage entre les élites cosmopolites et les populistes.

Aux USA, le cœur du système occidental, la balkanisation raciale entraîne un phénomène de sécession systémique du socle démographique blanc vis-à-vis projet impérial des élites globalistes. Principalement en s’opposant à l’immigration et en se rassemblant dans des zones de peuplement majoritairement blanches.

Ce phénomène va inévitablement survenir en Europe occidentale, particulièrement en France où le niveau de remplacement ethnique est proche de celui des Etats-Unis.

C’est pour cette raison que la juiverie française, avec l’aide des partis républicains allant de la gauche socialiste au RN, tente de maintenir le statu quo racial en promouvant « l’assimilation » des non-Blancs et ainsi empêcher les Blancs de se réorganiser afin de défendre leurs intérêts dans le monde post-impérial.

Le projet : faire boire du pinard aux beurettes islamophobes.

Ce concept absurde d’assimilation repose sur l’idée que la culture (le contenant) peut être adoptée par n’importe quelle race (le contenu) pour peu que l’Etat le veuille, peu importe les réalités démographiques de l’heure. L’idée cosmopolite de « l’assimilation » des races étrangères est existentielle pour les démocrates car la démocratie est fondamentalement prosélyte et expansionniste, à l’instar de n’importe quelle religion abrahamique.

Plutôt que de perdre du temps avec ce projet de sauvetage de la France judéo-républicaine condamné par le Grand Remplacement, il faut se projeter dans notre futur où la réorganisation politique aura lieu sur une base raciale-communautaire.

Pour survivre dans la France post-impériale, post-démocratique et post-blanche (relativement), mieux vaut avoir 30 ans d’avance avec les réalistes raciaux que 30 ans de retard avec les démocrates enjuivés de Valeurs Actuelles.

En France, cette rupture raciale, particulariste et séparatiste, constitue une révolution culturelle qui renversera les idées égalitaristes de 1789.

C’est pourquoi il faut racialiser à fond les rapports politiques et sociaux afin de précipiter ce renversement.

C’est également pourquoi émergera tôt ou tard une solution territoriale à la question raciale, ce que nous avons présenté sous la forme de la Grande Bourgogne Blanche – un état racial blanc édifié sur les ruines de la France multiraciale et islamisée.

Commentez l’article sur EELB.su